• Accueil
  • > Historique de la soirée du 24 Mars

Historique de la soirée du 24 Mars

L’association  » Les Sens de l’Art  » organise : 

Feel to Fly # 3

genesis0672.jpg

Feel To fly est une soirée basée sur un concept global.C’est dans un environnement atypique, la salle de concert du Bikini, que le public est transporté.

Introduit par une actrice performeuse, il entre dans un nouvel espace.Les artistes, vidéastes, plasticiens, performers ou designers habillent l’espace d’un tissu visuel.

La scène est habitée par des musiciens, DJ’s, qui s’expriment sous forme de live ou show case. A l’extérieur, un artiste crée une nouvelle oeuvre.

Hors du cadre professionnel et conventionnel, dans l’instantané et le direct, les échanges, les discussions et
les rires jaillissent.

Les artistes se rencontrent et la synergie devient créatrice. Ils sensibilisent les entreprises à leur démarche personnelle.

Des salariés d’une même entreprise se découvrent autrement et rencontrent d’autres entreprises. Ainsi, se
tisse le fil conducteur de collaborations futures, via l’art ou son image.

Vitrine médiatique, la Feel to Fly est une réaction protéiforme basée sur une pensée prônant la qualité dans un échange de réels savoirs et compétences.

Tel est l’univers Feel to Fly, un détonateur d’échanges et de communication dans un cadre culturel et novateur.

Déroulement :

INTERVENANTS PLASTICIENS  : 

Projet Tazas
Guillaume Beinat, Jeremy Delhuvenne
Oze Tajada & Benjamin Stoop
Écrire par la forme  www.tazasproject.com

D’elfe
Delphine Sudre (Plasticienne)
Pénétrez les mots pour voir

Benoit Balfet
(Plasticien)
13 Cris
 

http://www.benoitbalfet.hypersimple.com/

JR Loquillard
(Photographe)
Presentation du livre « Accords Parfaits »
projet éditorial via le mécénat d’entreprise

Mouve Your Finger
(Plasticien Vidéaste)
La boite à musique

COMEDIENNE-PERFORMEUSE : 

Julie Pichavant
(Auteur, metteur en scène) 
Présente : Rebecca Schwab

PERFORMANCE VIDEO :

Institut Sensoriel
Live vidéo

CONCERT :
Trump’n'Bass
(Sextet jazz) Présentation de leur deuxième album :
Black Autostop Jazz Electro
http://www.trumpnbass.fr/
http://profile.myspace.com/index.cfm?fuseaction=user.viewprofile&friendID=127657829

Sound Fari
(Collectif DJ’s)
Live Soul Afro-Beat Electro
http://www.sound-fari.com/
http://profile.myspace.com/index.cfm?fuseaction=user.viewprofile&friendID=265232004

BUFFET :
Buffet Dînatoire et Open bar sur le vin
Les restaurants le Guili-Guili, Tout à côté
et Les Fabuleux Festins

SET DJ’S :
DJ Fritz (Electro Soul)
DJ Baba Raspopov (Lounge)
DJ Diego (Tek-House)


 

beinat1.jpg 

Projet Tazas 

GUILLAUME BEINAT,
JEREMY DELHUVENNE,
OZE TAJADA,
GUILLAUME BEINAT,

& BENJAMIN STOOP
Designer graphique  

Écrire par la forme

L’image pour Guillaume Beinat, le maping vidéo pour Jeremy, le signe pour Benjamin Stoop et le trait pour Oze. C’est dans la conjugaison de leurs plasticités que ces quatre artistes projettent une création autour du mot, et de sa représentation. Abandonnant l’espace de la feuille pour une installation typographique, le travail présenté tentera de prolonger et d’interroger, dans l’espace, la perception que l’on peut avoir de l’oeuvre et son rapport au spectateur. L’articulation des mots donnera ainsi aux invités la liberté de composer leur propre lecture et d’y associer leur présence comme image-repère. A travers l’usage de matériaux divers, le mot s’inscrira volontairement dans un paysage « référent » d’une culture visuelle commune.

www.tazasproject.com

 

institutsensoriel.jpg

Institut Sensoriel
Vidéo Jokey 

L’institut Sensoriel est un laboratoire de créations d’images travaillant sur la multiprojection (diaporamas, vidéos…) qui permet à la fois des combinaisons entre différents supports argentiques, numériques et des installations mécaniques pour donner vie aux images statiques.

Les performances sont mises en espace suivant la spécificité des lieux. Les thématiques sont d’autant plus variées selon l’environnement ou les messages à faire passer.

Ils fabriquent des univers visuels avec des projecteurs, des machines atypiques de leur conception pour donner toujours plus de mouvement à l’image. Les différentes installations permettent la projection sur de grandes surfaces et donnent une autre vision de l’architecture.

moveyourfinger.jpg 

Move Your Finger
Plasticien vidéaste

La boite à musique

L’histoire officielle de la boite à musique commence 1798. à cette époque, un horloger suisse, Antoine Faure (1787-1828), eut l’idée d’intégrer ce type de mécanisme musicale dans des montres, c’est ainsi que la boite à musique est née. Le fonctionnement d’une boite à musique repose sur le principe suivant : un cylindre hérissé de goupilles tournant sur un axe, parallèle à un clavier fourni en lamelles, soulève ces dernières afin de les mettre en vibration. L’installation est constituée d’une mini caméra placée devant le cylindre de la boite à musique. C’est le cylindre et les lamelles qui seront filmés en macro. Sous la boite à musique, une boite en bois fera office de caisse de résonance où viendra se loger un micro pour égaler la qualité sonore de certains instruments de musique en bois guitare, violon… L’ expo repose sur ce fonctionnement et la taille de l’objet. Montrer un petit objet grâce à la vidéo et au son, lui donne une taille immense. Le travail porte sur le rapport à la dimension et la réaction du public face à l’interactivité de l’installation.

balfet.jpg

Benoit Balfet
Plasticien 

13 Cris

Cette série traduit une transition importante pour mon travail. L’idée était de retrouver l’essence même de l’affiche dans son expérience de vie sur les murs des villes. La détérioration correspond pour moi à l’état ambiant de nos sociétés actuelles. Depuis 2005, je travaille sur le lien entre le virtuel et le réel. Les événements actuels prouvent que ce lien entre le réel et le virtuel existe dans des aspects aussi négatif que l’économie virtuelle. J’ai choisi de déchirer et de recomposer mes affiches passées pour exprimer mon inconfort dans cette société et aussi le statut précaire de l’oeuvre et de celui qui la produit. Le choix de la relecture de l’oeuvre s’est imposé à moi, car suite à ces « recadrages déchirés », j’expérimente le détail au lieu de livrer, comme par le passé, une vision globale de l’affiche où le spectateur est confronté sans préavis à l’image. Je crois que cette évolution permet de laisser la liberté au spectateur dans son parcours de découverte. Le choix du fragment souligne le côté aléatoire de la composition qui traduit le côté fragile de mes images. Mon intention sur les affiches passées était d’avoir un côté brut sur des papiers de faible grammage. Le retour à la toile par la technique du collage maintient une idée de persistance ; j’essaye dans ce travail d’attribuer un sursis supplémentaire à l’homme, à l’art…

www.benoitbalfet.hypersimple.com

 

balfet.jpg

Benoit Balfet
Plasticien 

13 Cris

Cette série traduit une transition importante pour mon travail. L’idée était de retrouver l’essence même de l’affiche dans son expérience de vie sur les murs des villes. La détérioration correspond pour moi à l’état ambiant de nos sociétés actuelles. Depuis 2005, je travaille sur le lien entre le virtuel et le réel. Les événements actuels prouvent que ce lien entre le réel et le virtuel existe dans des aspects aussi négatif que l’économie virtuelle. J’ai choisi de déchirer et de recomposer mes affiches passées pour exprimer mon inconfort dans cette société et aussi le statut précaire de l’oeuvre et de celui qui la produit. Le choix de la relecture de l’oeuvre s’est imposé à moi, car suite à ces « recadrages déchirés », j’expérimente le détail au lieu de livrer, comme par le passé, une vision globale de l’affiche où le spectateur est confronté sans préavis à l’image. Je crois que cette évolution permet de laisser la liberté au spectateur dans son parcours de découverte. Le choix du fragment souligne le côté aléatoire de la composition qui traduit le côté fragile de mes images. Mon intention sur les affiches passées était d’avoir un côté brut sur des papiers de faible grammage. Le retour à la toile par la technique du collage maintient une idée de persistance ; j’essaye dans ce travail d’attribuer un sursis supplémentaire à l’homme, à l’art…

www.benoitbalfet.hypersimple.com

 

delfe.jpg

D’elfe

Delphine Sudre, Plasticienne

Pénétrez les mots pour voir
D’elfe nous propose d’entrer dans un univers où la réflexion, exprimée par les mots, nourrit l’esthétique. La phrase devient synthèse et la peinture devient logo. Par son installation, elle laisse transparaître sa démarche créatrice : entrer dans les mots pour accéder aux tableaux.Les phrases, suggestives dans la volonté d’appropriations multiples, imprimées sur des pans de tissus, laissent entrevoir une suite. Il faut ainsi traverser ses mots pour découvrir ses tableaux. Ceux-ci représentent des zooms sur des instants ou des sentiments de vie.
L’oeil, la lecture et la réflexion sont ainsi sollicités. Dans un but cathartique, D’elfe marie les mots, les couleurs, les matières et les cercles. Ici, rien n’est au hasard, tout a un sens.
Le sens pour l’esthétique, l’esthétique pour le sens.Ces tableaux contrastés, illuminés par la feuille d’or et les paillettes, reflètent un monde à la fois onirique et hypnotique.
Des mots qui inspirent un tableau, un tableau qui inspire des mots.

L’art par la réflexion, la réflexion pour l’art…

trump.jpg 

Trump’N'Bass

Black Autostop 

Situé quelque part entre les années psychédéliques et aujourd’hui, Trump’n’Bass est un savant mélange entre culture électro et sonorités vintages. Un sextet de luxe qui vous plonge dans une atmosphère chaude et cuivrée. Basses incendiaires, thèmes jazzifiants et rythmiques imparables sont les ingrédients d’une musique à la fois subtile et explosive. Plus que jamais dévoué à la scène, Trump’n’Bass s’apprête également à nous livrer « Black Autostop » (feat. Laurent de Wilde et Faïza Kangoor), un deuxième album très… (ré)créatif… (Sortie nationale en mars 2009) Pour la tête et les jambes !

http://www.trumpnbass.fr/
http://profile.myspace.com/index.cfm?fuseaction=user.viewprofile&friendID=127657829
  

Walter Barbera / basse fretless
Olivier Cussac / Fender Rhodes & Clavinet 
Marc Démereau / sa
xophones
Piero Pepin / trompette
Fabien Duscombs / ba
tterie
Pascal Portejoie / percussions 

baba.jpg

Baba Raspopov

Est Issu de la scène techno toulousaine du début des années 90. Paskalito allias DJ Baba Raspopov, puise son inspiration lors de ses différents voyages à travers l’Europe et les Etats-Unis. Il s’installe à Saint Martin et c’est sur des rythmes jazzy, dub et reagge qu’il investit les bars et clubs de l’ile. De retour en France, il impose ses mix lounges, acid-jazz, music du monde. Aujourd’hui, résident de la société à Tous Sens, le restaurant « les Fabuleux Festins » ainsi que pour l’association « Les Sens de l’art », il plonge son public dans une atmosphère chaleureuse et festive alliant légèreté et profondeur. Ses sets se caractérisent par la rencontre de différents styles : deep house, oriental, balkan, gypsi electro et tzigane. Une véritable invitation à la fête et au voyage qui exaltera un public novice ou averti dans un tourbillon de bonne humeur.
http://www.myspace.com/babaraspopov

diego.jpg DJ Diego

Dj depuis plus de 10 ans il débute sa carrière en 1998 au « Bar One ”. En 1999 le « Kabaret » lui propose de prendre la résidence, pendant presque 2 ans se succèderont les meilleurs soirées aux cotés des DJ’s les plus populaires tels que : Charles Shillings ou encore Superfunk…

En 2001, il devient résident au « Dan’s Klub » after mythique Toulousain, suivront des soirées dans le Sud de la France : Shadow, Spirit, O7 (Bordeaux) ou encore l’Espagne : Cova (Barcelone) Palm Beach (Costa Brava)….

En 2003, il crée sa propre Boite d’événementiel « T.D.S Events » sur Toulouse les plus grands DJ’s viendront jouer à ses soirées : Trevor Rockcliffe, Rolando, Terry Francis, Jack de Marseille, Deetron, Freddy, Elias…

Aujourd’hui il multiplie les résidences dans divers clubs et bars toulousains : Fabuleux Festins, Colors… Diego a su s’imposer avec un son original toujours progressif mélangeant d’une manière harmonieuse les différents courants musicaux : House, Progressive, Electro, Minimal…

fritz.jpg

DJ FRITZ

Originaire de Montpellier, passionné de musique électronique depuis plus de 15 ans, il débute le mix en 1998. Son style éclectique aux influences Pop Soul Funk et aux rythmes House, Electro, Techno, donne à ses sets une couleur et une sensibilité originale qui ne laisse pas le public indifférent. Il a joué dans des clubs de renommée (La Villa Rouge Montpellier, le Rex Paris, Techno Parade, Barumba Londres, Rachdingue Figueras…) en 2000, il part pour Londres où il cumule de nombreuses résidences ainsi que des promotions de soirée.

www.myspace.com/djfritzdk

 

 

 

Laisser un commentaire